Le 8 mars est la journée internationale des droits des femmes. Cette journée concerne l’ensemble des citoyens comme les acteurs publics. En tant qu’élue – avec ou sans la délégation parité, égalité – vous pouvez mener des actions sur votre territoire.

C’est, notamment, l’occasion de parler des femmes et de leurs combats, auprès des enfants des écoles, par exemple.

Voici des exemples que vous pouvez reproduire :

#1 : MENER UNE MARCHE EXPLORATOIRE

De plus en plus démocratisées, les marches exploratoires ont l’avantage de pouvoir se décliner quel que soit le territoire : université, quartier, village… La représentation de l’aménagement par les femmes qui vivent ou utilisent les espaces est ainsi entendue. Cette enquête, menée sur le terrain, permet aux pouvoirs locaux d’avoir une meilleure vision de l’utilisation de la rue par les femmes.

Souvent, un constat est fait : la déambulation est genrée et la sécurité de la cité n’est pas perçue équitablement. Cet audit est l’occasion de repenser son système d’éclairage, d’aménagement ou d’organisation du lieu audité. C’est en partant du concret et de l’utilisation de la part de l’usager que vous pourrez mettre en place une conclusion et une planification. 👩‍🏫

Pour vous inspirer

#2 : FORMER LES ÉLU.E.S ET LES AGENTS

Un des enjeux les plus importants pour mener une politique en faveur de l’égalité femmes/hommes réside dans la formation. Dans les écoles, dans les bureaux ou sur le terrain, les agents sont, comme les élu.e.s, en lien direct avec les citoyens. Parfois peu conscients des stéréotypes qui sont diffusés, chacun tente de faire au mieux avec sa connaissance du sujet. Lors de ces formations, des prises de conscience naissent et ne peuvent être que bénéfiques. 💪

Former ses ATSEM, ses agents mais aussi les élu.e.s constitue le premier acte engageant d’une volonté politique.

#3 : CRÉER UN RÉSEAU LOCAL DE FEMMES ÉLUES

Pour fédérer sur son département avec les élues locales, rien de mieux que fonder un réseau. Les antennes Elues Locales se multiplient à travers la France et nos ambassadrices créent du lien au sein même de leur territoire : les réseaux travaillent main dans la main avec les associations des maires, les Directions Régionales des Droits des Femmes, les associations locales…
Ils permettent aux femmes élues de représenter publiquement leurs engagements et la volonté de faire bouger les lignes.

Si votre département n’a pas d’antenne, c’est le moment de se lancer 👉 contactez-nous ! 

réseau de femmes élues

#4 : RENOMMER LES ESPACES PUBLICS AVEC DES NOMS DE FEMMES

En France, nous aimons remercier les hommes (et parfois les femmes) pour leurs découvertes, leur implication dans la vie de la cité ou encore leur rôle dans l’Histoire. Et pour cela, nous leur attribuons des noms de rue, de place ou de bâtiments publics.

Certaines communes s’engagent en nommant des rues ou des bâtiments avec des noms de femmes célèbres. Si vous n’êtes pas inspiré.e, sachez que vous avez le choix : Simone Veil, Marie Curie, Olympe de Gouges, Simone de Beauvoir, Françoise Sagan, Edith Cresson, Ellen MacArthur, pour ne citer qu’elles.

En regardant les archives de votre commune, vous pourrez aussi retrouver le nom de femmes qui ont compté. Par exemple, la première femme élue dans un conseil municipal, une présidente d’association ou commerçante qui se sont engagées pour la commune, etc. Et ainsi faire perdurer le patrimoine local. A vous de choisir, mais une chose est sûre, homme ou femme, le coût ne change pas 😉

Retrouvez des exemples d’actualité ! 

#5 : FÉDÉRER GRÂCE À UN ÉVÉNEMENT (EN LIGNE) À L’OCCASION DU 8 MARS

Beaucoup de communes et de départements s’engagent grâce à des événements qui font bouger le territoire. Autour des droits des femmes ou des violences faites aux femmes, de nombreuses conférence, concerts, débats ou expositions sont organisés.

Les possibilités sont nombreuses et beaucoup s’entourent des associations locales pour mutualiser la main d’œuvre. De nombreux acteurs sont prêts à s’engager et suivent les communes pour ces événements souvent appréciés des citoyens.

Petit plus : pensez aux expositions que vos départements mettent à disposition des territoires, il en existe très certainement sur les femmes incontournables! 👩‍🚀

#6 : LANCER UN AUDIT DES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS ET DES COURS D’ÉCOLES

L’occupation des équipements sportifs est aussi genrée. Un skate-parc ou un terrain de foot voient plus de garçons et d’hommes, à contrario, les salles de danses sont plus souvent occupées par les filles et les femmes du territoire. Malgré leur accès libre, les enfants ont tendance à ne pas se déplacer dans un lieu s’ils n’y voient pas leurs pairs. Ainsi, peu d’enfant s’aventurent dans certains espaces publics.

Il en est de même pour les cours d’écoles qui ont un schéma d’occupation très genré et très hiérarchisé. Beaucoup d’études en font le constat et proposent des solutions d’amélioration. Pour rendre la mixité à ces espaces, les experts conseillent des audits afin de comprendre la réalité du terrain. Les conclusions des analyses permettent de réfléchir à une politique dédiée à mettre en place.

#QUELQUES EXEMPLES DES ACTIONS PROPOSÉES PAR LES ELUES DU TERRITOIRE 

Christelle Wieder, à Strasbourg (67) : 

  • Organisation de campagnes radio en partenariat avec les médias locaux
  • Mise en valeur des associations locales via des vidéos

Sophie Potin-Piot, à Pontault-Combault (77) : 

  • Organisation d’un facebook live avec une avocate engagée sur le thème « sexe et consentement » avec des questions directes au fil de l’échange;
  • Initiation au self défense, en visio-conférence si la situation l’exige;
  • Tenue d’une soirée d’échange (en visio-conférence) en présence de plusieurs partenaires : un psychologue du commissariat; la maison de la justice et du droit; des citoyennes engagées sur la lutte contre les violences faites aux femmes et pour la prise en charge des victimes
  • Diffusion sur le site de la ville et sur les réseaux sociaux d’une vidéo avec les enfants du conseil municipal sur la déconstruction des stéréotypes
  • Exposition du centre Hubertine Auclert au sein de la Mairie

Retrouvez la semaine des droits des femmes 

Nathalie Burtin Dauzan, à Saint-Selve (33) : 

  • Instauration au sein de l’accueil de la mairie, pendant tout le mois de mars, d’une collecte de produits d’hygiène féminines, de protections périodiques, qui sera ensuite reversée au Secours Populaires. D’autres communes voisines ont rejoint l’aventure et cela permet de reverser également aux Restos du cœur.
  • La communication se fait grâce à un flyer dans les boîtes aux lettres, un message sur la page Facebook de la Mairie et relai par la presse locale

Sophie Bourgade, de Chambéry (73) : 

  • Signature de la charte européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale en présence du maire, de la première adjointe et des élu.e.s concerné.s. Tenue d’une conférence de presse et d’un rendez-vous avec les associations locales ainsi que la création d’une affiche
  • Création de totems dans la ville pour présenter des femmes historiques de Chambéry
  • Lancement du plan égalité professionnelle, et du réseau des référentes égalité

Et vous, des idées dont vous êtes fières et que vous aimeriez nous partager?