Questionnezvoselus.org : vers une amélioration de l’éducation civique et de la participation citoyenne

Questionnez vos élus est partenaire d’Elues locales et présent aux Journées Nationales des Femmes Elues. Cette plateforme d’échanges entre élus et citoyens permet aux français de questionner publiquement leurs élus…

Logo - Illustrator

Questionnez vos élus est partenaire d’Elues locales et présent aux Journées Nationales des Femmes Elues. Cette plateforme d’échanges entre élus et citoyens permet aux français de questionner publiquement leurs élus et aux élus d’afficher leur capacité d’écoute et de dialogue, de présenter leur point de vue et d’expliquer leurs actions. Petite présentation


> Pouvez-vous nous présenter la plate-forme Questionnezvoselus ? D’où est parti ce projet ?

Rodolphe G.D : Questionnezvoselus procède d’une démarche citoyenne et s’inscrit dans le mouvement émergeant des civic tech dont le but est d’améliorer la démocratie participative. Cette plateforme est née à l’initiative de Pascal Derville. A la recherche d’un projet citoyen, Pascal a repéré un site (abgeordnetenwatch.de) qui, depuis 2005, invitait les allemands à poser des questions à leurs élu.es. Après avoir rencontré l’équipe qui gérait ce site en Allemagne, il a décidé de créer son équivalent en France.
Avec Pascal, nous nous sommes rencontrés à la Ruche (un espace de co-working parisien dédié à l’innovation sociale) fin 2012 et nous avons cofondé l’association qui porte les plateformes Questionnezvoselus.org et Questionnezvoscandidats.org.

11 ans après sa création, la plateforme allemande enregistre un taux de réponse de 80%, c’est à dire que sur 100 questions posées, les élus répondent en moyenne 80 fois. En France, 3 ans après la création de questionnezvoselus, nous avons un taux de réponses de 40%. Nous avons donc encore quelques progrès à faire.
Avec ces plateformes, les français peuvent questionnez les élus tout au long de l’année et les candidats lors des élections. Nous avons ainsi couvert les élections municipales et européennes de 2014 ainsi que les élections régionales de 2015. Nous couvrons également les élections partielles quand nous sommes sollicités pour le faire. C’est ainsi qu’en partenariat avec Rue89Strasbourg, nous avons permis aux électeurs de la 1ère circonscription du Bas-Rhin de questionner les candidats lors de la législative partielle qui s’est déroulée les 22 et 29 mai dernier (cf https://questionnezvoscandidats.org/elections/legislative-partielle-2016-bas-rhin-1ere-circonscription). L’année prochaine nous couvrirons les élections présidentielles et législatives.

> Actuellement combien d’élus sont inscrits sur la plate-forme ?

En fait, les élus ne s’inscrivent pas, c’est nous qui créons leur profil sur le site. Il est ainsi possible questionner et de consulter les profils de l’ensemble des députés, des sénateurs, des députés européens, des présidents de conseils départementaux et régionaux.

Pour ce qui est des maires, en revanche, nous ne sommes pas (encore) exhaustifs. Il est actuellement possible d’en questionner 270. Nous les rajoutons au gré des demandes de citoyens ou de nos partenaires médias. Ce qui fait qu’à ce jour, il est possible de questionner 1388 élus sur https://questionnezvoselus.org

> Et quel est le processus pour que tous les élus soient présents ?

Chaque élu.e a une fiche dans notre système informatique. De fait, c’est nous qui nous occupons de créer ces fiches en récupérant notamment les adresses mails des élu.es, soit directement sur internet (pour les parlementaires) soit auprès des secrétariats ou des directions communication des mairies, des conseils régionaux et départementaux.

Toutes les questions posées sur la plateforme sont modérées avant publication. Ainsi, nous refusons notamment :

  • les questions similaires à celles ayant déjà été posées en indiquant à leurs auteurs l’url de la page sur laquelle ils pourront consulter la réponse. Le but étant de transmettre aux élus des questions non redondantes,
  • les questions non respectueuses ou provenant de personne anonyme.

Lorsque la question respecte les règles de modération, elle est automatiquement envoyée à l’élu.e à qui elle est destinée, et le citoyen est prévenu par mail que sa question est publiée.

> Concernant les citoyens combien sont inscrits et actifs ?

Pour poser une question, les citoyens n’ont pas besoin de s’inscrire. Il leur suffit de saisir leur prénom, leur nom et leur adresse mail. S’ils le souhaitent, ils peuvent préciser que seule la première lettre de leur nom apparaisse sur le site. En revanche, l’élu.e questionné.e recevra le prénom et le nom de la personne qui l’interroge. Nous avons opté pour un système volontairement non contraignant.

Au 13 juin 2016, 12 095 questions posées par des citoyens et 5 277 réponses d’élu.es ont été publiées.

> Comment arrivez-vous à convaincre les élu.es de répondre aux questions qui leur sont posées ?

Comme je l’ai évoqué précédemment, nous avons mis en place des partenariats avec plusieurs médias (ou quinzaine à ce jour) notamment de la presse quotidienne régionale.
Nos partenaires intègrent des petits widgets (que nous avons développés) directement dans leurs pages afin de permettre à leurs lecteurs de poser des questions aux élu.es. Ainsi, sur cette page, http://www.lunion.fr/118/region/marne/reims, les lecteurs de l’Union peuvent questionner Arnaud Robinet, le maire de Reims.

Les élu.es peuvent aussi intégrer ces widgets directement sur leur site. C’est ce qu’a fait François de Rugy :

Certain.es élu.es répondent et d’autres non. Vous pouvez consulter leur taux de réponses sur cette page : https://questionnezvoselus.org/taux-de-reponse-elus

Il est clair que les médias jouent un rôle essentiel dans notre dispositif en nous permettant d’être plus visibles des citoyens et aussi parce qu’en relayant les réponses ou les non-réponses des élu.es, ils les incitent à répondre.

On peut également souligner que certains élu.es répondent manifestement plus par conviction que par obligation, parce qu’ils considèrent que c’est leur devoir vis-à-vis de leurs concitoyens.

> Que diriez-vous aux élus sceptiques à propos de cette démarche ? Quel est l’intérêt pour eux ?

Nous vivons à une époque où les citoyens ont envie d’être associés aux décisions politiques et éprouvent le besoin de comprendre ce que font leurs élu.es. C’est donc une opportunité pour les élu.es de montrer à leurs concitoyens qu’ils sont à leur écoute, qu’ils se préoccupent des questions qu’ils se posent, qu’ils les prennent en compte et y répondent.

> Souhaitez-vous faire passer un message à nos lectrices ?

Surtout qu’elles n’hésitent pas à nous contacter si elles souhaitent installer nos widgets sur leur site internet ou sur le site de leur collectivité, et plus généralement si elles veulent échanger avec nous sur des problématiques relatives au dialogue élu.es-citoyen.nes. Nous serons ravis de les aider à trouver des solutions.

> Merci Rodolphe pour vos explications et pour nous avoir accordé du temps.