Participation : à Saint-Herblain 1 habitant sur 10 contribue

L’action publique se modernise et certaines régions s’engagent pour créer de nouvelles intéractions. Parmi les acteurs dynamiques, Saint-Herblain, une commune de 43.000 habitants dans les Pays de la Loire change…

L’action publique se modernise et certaines régions s’engagent pour créer de nouvelles intéractions. Parmi les acteurs dynamiques, Saint-Herblain, une commune de 43.000 habitants dans les Pays de la Loire change le dialogue entre élu.e.s et citoyen.ne.s et parvient à mobiliser plus de 5.000 personnes en 2017. Echanges avec l’adjointe à la démocratie participative, Yama Chriraa.

Repenser le dialogue local

En 2014, alors qu’une nouvelle équipe municipale arrive à Saint-Herblain, une consultation sur la façon dont les habitants souhaitent participer est menée. Le résultat est sans appel, si la concertation présente dans la commune depuis plusieurs années est suivie, elle reste néanmoins frustrante pour les acteurs locaux. « Au-delà, beaucoup de champs abordés lors des précédentes concertations relevaient des compétences intercommunales et nous ne pouvions répondre pleinement aux attentes » précise l’adjointe à la démocratie participative de Saint-Herblain, Yamna Chriraa.

Alors, et comme ils l’avaient défendu lors de la campagne municipale, les élu.e.s de la commune ont décidé de réinventer le dialogue local.
La première année, le contexte urbanistique a permis a permis de déployer cette nouvelle manière de faire. Le point d’entrée était trouvé, il fallait dès lors convaincre les habitants. La réalisation du schéma d’aménagement durable dans le cadre du passage au PLU a permis de lancer de manière concrète de nouvelles formes de participation.

Mais pour mener à bien cette volonté, un renouvellement de l’outil même était nécessaire, comme l’avait souligné la consultation menée en 2014. Yamna Chriraa l’explique « nous avons transformé les conseils de quartier, trop institutionnels et avons décidé de donner la place à la participation en mode projet, de la consultation jusqu’à la cocréation. Nous avons créé une sorte de palette d’outils de la participation à destination des habitants. »

La première année n’a pas été de tout repos « il nous arrivait de lancer des consultations et n’avoir qu’un seul participant. Dès lors, il fallait s’accrocher… Au début de notre démarche, la population a cru à un coup de communication mais notre persévérance a fini par payer. Nous avons réuni aujourd’hui environ 5000 habitants en 2017 sur l’ensemble des dispositifs participatifs – des créations culturelles participatives à l’aménagement d’un parc de quartier –  et plus de 300 lors de notre semaine de dialogues herblinois en novembre ! »

Pour échanger avec les protagonistes des dialogues herblinois, rendez-vous à la Journée des Femmes Elues du Grand-Ouest le 17 avril prochain

Les dialogues herblinois prennent forme à l’occasion d’une semaine d’échanges en novembre

Les dialogues herblinois pour solution

« Quand le projet le permet – tant sur un plan politique que budgétaire – nous associons les citoyens » explique Yamna Chriraa. Pour cela, l’équipe municipale a mené un projet audacieux : créer des espaces d’échanges tout au long de l’année et un grand rendez-vous en novembre.

Leur démarche débute au moment de la création du projet et passe par plusieurs phases :

  • D’abord, une première réunion de présentation. L’équipe présente son projet, les tenants, les aboutissants et propose la démarche d’ouverture aux habitants. Les personnes intéressées peuvent laisser leurs coordonnées.
  • Grâce aux coordonnées, les habitants intéressés sont invités aux réunions qui suivent. Ces réunions sont l’occasion pour les citoyens de prendre réellement part à la discussion, selon les projets, cela va de l’avis à la proposition voire à la réalisation.

En parallèle à ces rendez-vous, le «  Forum » est associé à l’ensemble des rendez-vous. Ce groupe a été tiré au sort à l’occasion de la prise de fonction de l’équipe municipale. « Il est systématiquement associé à l’ensemble des rencontres participatives, sur un plan municipal ou intercommunal » précise l’adjointe à la démocratie participative. « Ce groupe est un fil rouge qui permet d’avoir des citoyens systématiquement associés, quels que soient les sujets. Nous pouvons ainsi toucher d’autres habitants que les « professionnels de la participation», » développe Yamna Chriraa.

Pour ne pas exclure les participants des anciens conseils de quartiers, l’équipe a fait le choix de leur proposer de participer au groupe forum, mais en le complétant avec d’autres personnes aux profils et niveaux d’implication différents. La promesse d’un engagement qui n’est pas rigide incite à la participation et au renouvellement du « groupe forum ».

En fin d’année, les dialogues herblinois prennent une nouvelle dimension et pendant une semaine, « on y dresse un bilan des actions de participation et les perspectives sont données pour les mois à venir » comme le présente le site internet de la ville.

Des retours positifs

L’adjointe est ravie de la politique menée, les retours qu’elle perçoit des habitants sont d’ailleurs positifs. Les chiffres parlent effectivement d’eux-mêmes : plus de 700 participants à l’inauguration du réaménagement d’un parc pour lequel les citoyens ont été associés, 500 réponses et plus concernant un questionnaire in situ, 300 participants au rendez-vous de novembre, entre autres.

Des chiffres plus que satisfaisants ! La politique actuelle, en place depuis seulement 3 ans, semble fonctionner et porter ses fruits. Pour garder les citoyens tout au long des concertations et toucher, tout à tour, différents profils, les élu.e.s ont fait le choix de proposer des thématiques différentes d’année en année. Ainsi, chacun s’y retrouve. La définition à plusieurs voix de la démocratie participative (2014), l’urbanisme (2015), la culture (2016), les projets de quartiers (2017 à 2018), de nombreuses notions sont abordées et mises au débat.

Certains projets ont pris de nouvelles orientations pour donner suite aux retours des citoyens. A commencer par le nom du projet. D’abord proposé comme « les assises de la participation » lors de la campagne municipale, un habitant leur a fait part de son avis : pour lui ce nom ne donnait pas envie de s’engager rappelant trop l’esprit judiciaire et des tribunaux. C’est ainsi que les assises de la participation sont devenues les dialogues herblinois.

En seulement 3 ans, Saint-Herblain a réinventé sa politique participative pour se lancer dans une démarche ambitieuse. Les résultats se sont très rapidement fait ressentir et aujourd’hui plus d’un habitant sur dix prend part à la vie de la cité. Cette participation citoyenne est le fruit d’une vision moderne de la vie publique de la commune.

Pour rencontrer et échanger avec les acteurs de ce changement, rendez-vous à la Journée des Femmes Elues du Grand-Ouest le 17 avril prochain.